Le web design doit se mobil-iser !

Commençons par 2 tendances pour planter le décor.

  1. L’usage des terminaux mobiles pour consommer le web devrait surpasser celui des PC dès 2014 (source : Morgan Stanley) !
  2. La diversité croissante des écrans, des plus petits (smartphones) aux plus grands (TV connectée).

Brève histoire du web design (depuis ma lorgnette)

Pour moi, il y a trois grandes étapes de l’histoire du web design du point de vue des contraintes d’affichage :

  1. Longtemps, la problématique s’est limitée à la résolution d’écran du PC : 800×600 a longtemps été la norme (je sais, certains d’entre vous n’étaient même pas nés)
  2. Puis les écrans se sont agrandis, les résolutions standard également : la question tournait alors autour d’une largeur fixe ou d’une largeur fluide.
  3. L’essor de l’internet mobile puis de la web TV est venu tout compliquer : il faut composer avec des écrans dont la taille et la résolution varient dans des proportions inconnues jusqu’alors.

La situation est aujourd’hui complexe. La question se limite-elle au choix entre l’application mobile ou le site optimisé pour mobile ? En fait, les 2 ne correspondent pas aux mêmes usages et si l’application est parfois une danseuse, elle ne peut être écartée pour autant.

Quelques orientations pour ne pas planter sa stratégie mobile

Arrêter les versions mobiles (m.domaine.com ou pire les .mobi)

Difficiles à référencer, elles nécessitent des redirections qui impactent la performance du site. Elles ne répondent pas au problème des écrans : pourquoi pas créer des tv.domaine.com ou tab.domain.com pendant qu’on y est ?

Se focaliser sur les utilisateurs

Votre site doit-il proposer le même contenu à tous les utilisateurs ? Comment se situe-t-il par rapport à ces 3 besoins utilisateurs :

  • la récurrence : je cherche de l’ information en temps réel (les scores de foot, les cours de la bourse, des ventes aux enchères)
  • l’ennui : je veux du ludique, du réseautage (Facebook, Twitter), de la distraction
  • l’urgence : j’attends une information immédiate liée à ma localisation (parking, horaires de métro, pharmacies)

A défaut de choisir, il s’agit de prioriser les fonctionnalités majeures.

Soigner la performance

Il s’agit d’optimiser tout ce qui peut ralentir le chargement d’une page : le nombre de requêtes HTTP, le poids des fichiers, en particulier les images, les javascripts et les CSS…

Bichonner le rédactionnel

Reprenez toutes les phrases de votre site en divisant le nombre de mots par 2. Recommencez. Divisez la taille des mots par 2. Suivez également ces conseils de rédaction pour le web.

Conclusion

La vertu des sites ou des applications mobiles, c’est qu’elles obligent le concepteur à supprimer tout le superflu. Même si vous imaginez un site d’abord pour le web, forcez-vous à commencer à travailler sur la version mobile. Vous serez contraints de ne garder que l’essentiel, à faire de vrais choix ergonomiques et éditoriaux, à privilégier la simplicité, à sélectionner ce qui apporte le plus de valeur ajoutée à l’utilisateur.

Lire aussi si vous avez le temps

Responsive design : l’infographie interactive… et encyclopédique !
Ergonomie et design sur mobile : les clefs pour réussir une application performante
Smartphones et usages : la grande enquête Google
Le web design doit se mobil-iser !
Votre avis ?

4 commentaires

  1. C’est prévu aussi pour mes sites cette année. Je vais avoir pas mal de taf mais bon, je sais que c’est vraiment indispensable vu les chiffres sur l’utilisation d’internet mobile.

    1. Oui, mais pas seulement ! Le responsive design est une solution essentiellement technique alors que l’effort doit porter sur toute la conception.

Les commentaires sont fermés, pas moi.