Bien rédiger pour le web [critique]

Comment élaborer une stratégie de contenu pour améliorer son référencement naturel ?
C’est à cette question qu’Isabelle Canivet entend répondre avec cet ouvrage, que dis-je, cette somme de 734 pages.

Je vous laisse découvrir le sommaire par vous-mêmes avant de vous livrer mes impressions.

J’ai aimé

  • Clarifions tout de suite ce point pour ceux qui comme moi sont un peu effrayés par ce volume : il y a 0 remplissage. On rentre tout de suite dans le vif du sujet, sans contenu parasite.
  • La méthodologie développée tord le cou à certains mythes. Un bon référencement n’est pas l’affaire d’inspirations géniales. Il s’appuie sur un travail rigoureux, quasi-scientifique.
  • Le niveau d’expertise requis est exigeant. Moi qui pensais être plutôt bien armé sur ce sujet, j’ai découvert de nombreuses techniques et une multitude d’outils.
  • J’ai particulièrement apprécié les exemples et les illustrations qui ancrent les propos dans la réalité et facilitent la compréhension.
  • J’aime la démarche qui rejoint ma conviction : plutôt que de garder jalousement son expertise pour ne pas être copié, il est plus rentable de la partager. Les experts de ce niveau en France se comptent sur les doigts d’une main.

J’ai moins aimé

  • Ma principale critique tient à un sujet qui m’est cher : l’accessibilité. Que se soit pour des pages web ou des documents, l’ouvrage n’y fait jamais référence. Pourtant, accessibilité et référencement font plutôt bon ménage. J’avoue ne pas comprendre comment ce sujet peut être ignoré pendant 734 pages.
  • Pour le reste, difficile de prendre l’auteur en défaut. On voudrait lire parfois des avis plus tranchés. Le passage consacré à Flash pourrait recommander plus clairement de l’éviter dans 99 % des cas.
  • Si le sujet du SEO est traité in extenso, je regrette que les médias sociaux soient survolés. Le contraste avec le reste de l’ouvrage, ultra-précis et exhaustif, apparaît trop clairement.

Ma recommandation

Cette quatrième édition s’adresse principalement aux rédacteurs / producteurs de contenu et aux référenceurs. Elle mériterait d’être lue par les dircoms, les webmasters, voire par les concepteurs d’interfaces web et mobiles.

Je vois deux cas d’usage :

  • une lecture complète et une mise en pratique régulière pour des professionnels déjà pointus qui souhaitent monter leur expertise de quelques crans. On pourrait envisager de l’utiliser en auto-formation sur quelques mois.
  • une lecture en diagonale pour bien comprendre l’ensemble des sujets abordés, avant de s’y référer ponctuellement en fonction de ses problématiques du moment.

> En savoir plus et commander Bien rédiger pour le Web

Bien rédiger pour le Web (Couverture)Fiche technique

Auteur : Isabelle Canivet
Editeur : Eyrolles
Nombre de pages : 730 pages
Date de parution : 18/05/2017 (4e édition)

Enregistrer

Bien rédiger pour le web [critique]
Votre avis ?

2 commentaires

  1. Bonjour et un tout grand merci pour votre critique! Je suis très heureuse de lire que vous avez apprécié mon ouvrage.
    Concernant l’accessibilité, je vous rejoins. Un chapitre complet y était dédié (et présent dans les éditions précédentes), mais nous avons dû le supprimer car l’ouvrage était trop volumineux.
    Concernant les réseaux sociaux, oui oui oui… je ne peux vous donner que raison. Je comprends votre frustration, mais il y a tant à dire qu’il faudrait y consacrer un ouvrage complet.
    Je prends bonne note de vos remarques et tâcherai de trouver des solutions pour la prochaine édition ;)
    Bonne continuation et merci.
    Isabelle.

    1. Merci d’avoir pris la peine de réagir. L’accessibilité pourrait également être traitée de manière transversale au même titre que le SEO, tant le sujet est indissociable de la création de contenu. Par exemple, optimiser un PDF pour le SEO facilite également son accessibilité. Je garde espoir pour la prochaine édition :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *