Quand le spammeur SEO devient subtil

La guerre du référencement encourage les pratiques les plus douteuses. Voici l’histoire d’un piège d’un nouveau genre auquel blogueurs et webmasters sont exposés et dans lequel j’ai failli tomber.

En vacances depuis quelques jours, je reçois le 1er août le message suivant. Un certain Ryan Burt m’y demande d’ajouter la source à une de ces infographies dont je suis friand et que j’ai utilisée sur ce billet de 2009 sur le design de l’information. On me fournit très courtoisement un code HTML à intégrer avec un lien vers la source, ou à défaut un lien direct.

spammeur-seo-mail-chob

Déjà sollicité par le passé pour le même type de demande, je ne me méfie pas. Je lui réponds donc, expliquant qu’il s’agit d’un billet déjà un peu ancien et que je n’étais pas aussi vigilant que maintenant à citer systématiquement mes sources. Je m’engage donc à rectifier le tir dès mon retour de congés.

spammeur-seo-reponse-chob

Mes vacances terminées, je reprends le chemin des claviers et relis donc la demande, en cliquant sur les liens fournis. Je souhaite vérifier que le lien n’est pas cassé ou que je n’envoie pas mes lecteurs chéris vers un site… inapproprié ;-) Le problème, c’est que le lien ouvre le site couponaudit.com. Je regarde le site, cherche l’existence d’un blog, trouve une catégorie Infographics et me tape la liste de tous les billets, mais l’infographie figurant dans mon article ne s’y trouve pas !

Epilogue

Ce Ryan Burt a cherché à profiter de ma crédulité pour récupérer un lien vers son site, sous couvert de respect du copyright. Il joue sur une corde sensible : pour beaucoup d’entre nous, du copyright aux suites judiciaires, il n’y a potentiellement qu’un pas. De quoi effrayer n’importe quel blogueur ou webmaster qui risque de préférer modifier rapidement un lien pour éviter des poursuites potentielles. En googlisant Ryan Burt Infographic, j’ai trouvé cet article qui montre que ce type n’en est pas à son coup d’essai !

L’art du SEO devient subtil en ce sens qu’il prend ici une forme a priori très honorable. Le procédé est moins facilement détectable qu’un commentaire abscons renvoyant à des sites sur le viagra ou les tondeuses à gazon…

Si certains d’entre vous ont été victimes, ce serait intéressant de les partager ici en commentaires ou sur vos blogs.

9 commentaires

  1. Ok, alors là merci Chob, parce que je me suis avoir il y a quelques jours par le même Ryan Burt. Je me sens idiot de ne pas avoir vérifié correctement, il devait être très tard :-\
    Mais en effet j’ai déjà reçu des demandes de ce type honnête (vérifiées celles-ci), donc je ne me suis pas méfié

    1. Moi aussi, j’ai déjà été sollicité par les vrais auteurs d’une infographie pour ajouter/modifier les crédits et j’ai bien évidemment corrigé, c’est là où le procédé du gars est particulièrement perfide ! Le même Ryan a eu le culot de me recontacter après cet article pour une autre infographie !

  2. En effet, ça sent le « link scam », comme le dit justement Simon, à plein nez…

    Jamais encore reçu de demande de ce type. Mais une spéciale est arrivée dans ma boite dernièrement. Le type demandait d’insérer un lien depuis mon site A vers son site B, sur laquelle un site C était inscrit (annuaire).

    Il demandait d’insérer le lien vers sa page sinon il menaçait de retirer la fiche annuaire. Sauf que le site en question ne m’appartenait pas, bien qu’il était dans une thématique identique.

    Bref, du grand n’importe quoi qui m’aura fait perdre un petit quart d’heure…

  3. je n’ai jamais eu cela mais en même temps je ne lis pas les commentaires/mails en anglais, directement à la poubelle. Mais c’est vrai qu’il y a des commentaires assez réfléchis et qui parfois demande 2 secondes de réflexion avant d’appuyer sur le bouton.

  4. Il faut être vraiment tordu pour tenter de gagner ce type de liens ! Le pire c’est que je suis certain que beaucoup de webmasters ne vérifient pas comme tu l’as fait et que le gars se fait un paquet de liens de la sorte !

  5. Je suis dans le côté un peu plus propre (ou moins fourbe disons) du SEO et je suis toujours étonné de voir le nombre de ruses employées par certains collègues US pour un lien. On ne peut pas leur enlever une sacré dose d’imagination !

    Bon par contre faudrait qu’ils ralentissent les blasts à l’aveugle, ce cher Askimet commence à peiner.

  6. T’auras toujours ce genre de procédé mais ce n’est pas le pire à mon sens. Tu as carrément des gens qui se foutent ouvertement de ta gueule en javascriptant les liens, te prenant pour un con et croyant que tu ne vas pas t’en rendre compte… Eux, c’est vraiment les pires…

Les commentaires sont fermés, pas moi.