Pages Facebook : comment se comparer aux concurrents

Le problème avec les statistiques, c’est de pouvoir les interpréter. Facebook offre des statistiques assez complètes sur votre page mais ne vous aide pas à répondre à la question de votre patron (ou de votre client) : comment on se situe par rapport aux concurrents ? par rapport à des organisations comparables en termes d’effectifs, de secteur d’activité ? Essayez de lui répondre « comparaison n’est pas raison ! » et revenez lire la suite de l’article…

SimplyMeasured répond précisément à cette problématique et donne du sens à vos statistiques.
Pour ce benchmark, j’ai choisi de comparer à la page Facebook de Choblabcelle  de Coreight, sympathique blogueur dont la notoriété dépasse largement la mienne sans pour autant être dans un autre monde.

Comment  ça marche ?

Cette application en ligne est payante et un peu onéreuse à mon goût mais vous pouvez profiter des essais gratuits. Soit vous complétez un formulaire pour 2 semaines d’essai soit vous faites un essai unique et vous communiquez uniquement un email. C’est l’option que j’ai choisie.

Il suffit d’ajouter les pages Facebook que vous souhaitez comparer et d’attendre ensuite le rapport.

Les éléments de comparaison

Un premier tableau vous donne une vision synthétique, avec les données principales :

  • Engagement
  • Nombre de fans
  • Ils en parlent
  • Nombre de posts

Les commentaires pour chacun de ces critères permettent d’apprécier la position du leader : Choblab a plus de « fans » que Coreight (+21 %) mais Coreight publie plus fréquemment (1 fois/jour) et génère plus d’interactions (3 en moyenne par post).

simply-measured-overview
cliquez-moi si c’est écrit trop petit !

Une série de graphiques illustre ensuite de manière plus visuelle ces données brutes et de représenter plus clairement les différences entre les pages. D’autres exemples en fin d’article dans la présentation.

simply-measured-fanpage-comparison-engagement

Mon avis

Dans la vraie vie, j’ai déjà été confronté à la question posée en début d’article. Que ce soit pour une page Facebook ou pour un site Internet, les chiffres bruts sont souvent frustrants. Il est toujours intéressant de suivre les tendances à travers ses propres statistiques pour suivre ses progrès (ou pas !) mais la comparaison apporte un éclairage plus exploitable selon moi. SimplyMeasured assure cette mise en perspective et vous facilite l’analyse.

La comparaison des pages Facebook de Coreight et Choblab nous apprend plusieurs choses. Par exemple, je retiens avec plaisir un nombre supérieur de fans et de personnes qui en parlent. Si j’étais malhonnête, j’isolerais ces 2 chiffres pour valoriser mon travail (inexistant sur Facebook je l’avoue). Sur Choblab, je suis mon propre patron, à quoi bon m’enfumer moi-même ? Si je le découvre, serais-je contraint de me licencier ? #minuteschizophrene. Revenons à nos moutons : le chiffre qui fait le plus sens est celui de l‘engagement, puisqu’il valorise l’activité et les interactions entre une marque et son public. Et dans ce domaine, il n’y a pas photo, Coreight me met dans les choux. C’est donc sur ce point qu’il faudra que je porte mon attention le jour où je m’intéresserai à Facebook autrement qu’à titre professionnel ;-)

A noter l’option bien pratique vers Excel et même vers PowerPoint ! Ci-dessous la version PowerPoint.

Si certains d’entre vous connaissent des applis (autres que les ComScore et Médiamétrie qui sont les sites à très fort trafic) permettant des analyses croisées sur des sites Internet, je suis intéressé !

3 commentaires

  1. C’est cool ça, y’a les copains qui bossent pour moi pour me faire des analyses de mes pages fans :-p
    J’avoue être très curieux sur la façon de développer une page Facebook. C’est un subtil équilibre à trouver pour ne pas spammer tout en étant présent, pour poster ces articles et 2-3 trucs légers de temps en temps, j’avoue que je cherche encore et reste complètement bouche bée devant le nombre de fans de certaines pages particulièrement… idiotes (et je ne dis pas ça par jalousie, je vous assure. Parfois un titre qui claque avec 10 fautes d’orthographes semble suffir à attirer des dizaines de milliers de fans).
    Je vérifie en ce moment quelque chose d’intéressant à ce sujet avec la page de mon site LittleThingz, pour laquelle j’avoue que Facebook est la cible clairement prioritaire, et le format des posts vraiment taillé pour ça : plus de « j’aime » par publication, avec 10x moins d’abonnés.
    Je vais d’ailleurs sans doute tester cet outil pour comparer plus finement ces deux pages, merci Chob :-)

Les commentaires sont fermés, pas moi.