Curation : Bundlr, une alternative à Scoop.it ?

Certes, le mot curation a fait long feu et le buzz a duré grosso modo le temps de chercher la traduction de curator. Mais bon, le besoin de rassembler ses favoris autour d’un ou plusieurs sujet(s) vaut toujours. Scoop.it a marqué une évolution par rapport aux digg-likes sur 2 points essentiels :

  • en proposant une indexation a priori : je choisis un sujet puis je rassemble les liens sur ce sujet ;
  • en offrant un mode de lecture proche d’un magazine

Bundlr leur emboîte le pas avec plus ou moins de bonheur.

Bon, Bundlr, c’est mieux que Scoop.it ou pas ?

Ce que Bundlr fait mieux :

  • une simplicité et une fluidité remarquables
  • un flux RSS pour s’abonner (c’est con, mais Scoop.it ne le fait pas…) UPDATE : il le fait mais le cache bien
  • un affichage paramétrable (en liste ou en vignettes)
  • la possibilité de partager au-delà de Twitter et Facebook vers Linkedin, Google+, Tumblr, avec même une version embed

Ce que Bundler fait moins bien :

  • l’affichage : le titre sous le chapeau est la grosse faute de goût, et dans la visualisation en vignettes, la plupart des titres sont amputés et donc illisibles

Conclusion

Si Bundlr arrivait à améliorer son affichage, sa facilité d’usage et ses fonctionnalités devraient lui permettre de détrôner Scoop.it.

Ci-dessous à titre d’exemple les articles 2011 de Choblab sur la thématique Médias sociaux


Lire aussi sur Choblab.com

Keepstream : un outil de curation pour les Twittos

 

2 commentaires

  1. Je ne comprends pas bien ce que vous appelez faute de goût.
    Les titres sont bien au dessus des chapeaux.
    Je dirais même que Bundlr a une interface de très bon goût, sauf qu’elle n’est pas suffisamment flexible pour la variété des contenus du web: comme vous l’avez dit, titres amputés (car vignettes trop petites), on peut ajouter images coupées, vignette trop vide quand l’article ne contient pas d’image, tout ça.
    Une présentation plus sous la forme de pinterest aurait suffit à régler ces sourcis de forme.

Les commentaires sont fermés, pas moi.