Web marketing : le B.A.ba de l’internationalisation

Depuis la crise, de nombreux annonceurs reportent une partie de leurs investissements publicitaires vers le web. Les entreprises considèrent à juste titre le média Internet comme plus réactif, plus flexible, moins cher et surtout plus efficace. La possibilité de mesurer de manière très précise le ROI de l’e-pub compte également pour beaucoup. Lire à ce sujet l’article du Journal du Net.

Quand une entreprise envisage une stratégie web marketing sur plusieurs pays, elle gagne à apprécier l’importance des spécificités locales de chaque marché cible.

J’ai bossé il y a quelques années dans la filiale française d’une société américaine de conseil en ressources humaines. Une de mes principales missions consistait à localiser (terme qui recouvre la traduction et l’adaptation locale) des outils web américains – site Internet corporate, site Extranet dédié à des candidats en recherche d’emploi. J’ai souvent eu du mal à expliquer à mes collègues américains que le marché du travail français diffère sensiblement du marché US. Il faut adapter à la fois la méthodologie, le contenu, le ton, les outils et les ressources proposées.

On peut ainsi inverser la formule « think global, act local » qui devient « act global, think local » : agir à l’échelon international mais en pensant aux spécificités locales.

Dans une démarche marketing, voici quelques éléments à prendre en compte :

Réserver un nom de domaine local

Un domaine avec l’extension du pays cible est une porte d’entrée peu coûteuse et efficace. C’est déjà un point de plus dans le positionnement de votre site dans les résultats de recherche des principaux moteurs.

Bien choisir vos mots clés.

Une erreur fréquente dans le choix des mots clés est la traduction littérale des termes qui ont donné des bons résultats dans les moteurs de votre pays d’origine. Il faut absolument prendre en compte les différences culturelles et les usages de recherche des internautes. Pour un choix pertinent des termes clés à destination des moteurs locaux, il est indiqué d’utiliser des outils de recherche comme  Google Keyword Tool, Google Insights & Trends, WordTracker, Keyword Discovery ou SEM Rush. Ces outils permettent également de suivre les tendances de la recherche web et d’actualiser vos mots clés.

Construire un contenu pertinent pour votre site local.

Au-delà des recommandations qui s’appliquent à tout site de marque, on veillera à fourni un contenu renouvelé régulièrement. A ce titre, greffer un blog sur le site peut avoir des effets bénéfiques pour « sentir » le marché, instaurer le dialogue avec la population cible et améliorer votre référencement naturel.

Lancer des campagnes de CPC (coût par clic) pour vos principaux termes clés.

C’est la campagne d’achat d’espaces la plus adaptée pour générer du trafic tout en maîtrisant son budget.

Si vous n’avez pas un webmarketeur dans votre entreprise qui maîtrise les aspects éditoriaux et marketing et qui est capable de travailler avec les équipes locales pour mettre en œuvre ces recommandations, il est tout de même préférable de se faire aider par des prestataires spécialisés.

Article rédigé en collaboration avec Dan Aldulescu, de chez Lingo24, agence internationale de traduction.

Web marketing : le B.A.ba de l’internationalisation
Votre avis ?