Experts SM sous tension, bloguer avec modération ?

Mon article sur les experts sociaux et les tocards a été le buzz inattendu de la ma semaine dernière : plus de 350 RT, une soixantaine de commentaires et des dizaines de followers dans la foulée… Une vague de folie pour mon petit blog et mon compte Twitter, qui pose plusieurs questions et balaye donc sur son passage mon traditionnel TransBlogExpress hebdomadaire.

Pourquoi le « buzz » ?

Quand j’écris buzz, je l’entends à l’échelle de choblab.com, dont la fréquentation a été multipliée par 10 le jour de la publication !

Le titre un peu racoleur peut expliquer une partie du succès de ce billet. Pourtant, la Blogging Academy vous apprendrait que la titraille doit être courte si vous voulez des RT…

Sur le fond, l’article semble correspondre à un ras-le-bol largement partagé : le boom des médias sociaux a suscité l’émergence d’apprentis sorciers qui abusent de la crédulité d’annonceurs peu matures et discréditent les vrais professionnels. Certains l’ont fait remarqué, les tocards ont investi beaucoup de métiers du web, experts du référencement ou de WordPress notamment.

Pourquoi la controverse ?

Sur la forme, comme l’a rappelé avec justesse Sophie Gironi dans un commentaire, le billet en question ne saurait prétendre à une pertinence absolue. Les quelques questions proposées sont adaptées à des annonceurs qui ont une certaine maturité sur le sujet et peuvent porter un jugement relativement averti sur la qualité des réponses.

Par ailleurs, il y a un aspect que je n’ai pas précisé dans ce billet. Le petit questionnaire évalue davantage les capacités d’un stratège que celles d’un tacticien ou d’un community manager. En d’autres termes, on peut être un excellent tacticien sur les médias sociaux – et donc un expert, sans être capable pour autant de développer une véritable stratégie. Ce sont des métiers différents et complémentaires. Bref, il y a différents niveaux d’expertise sur les médias sociaux et les questions à poser sont à adapter selon la compétence recherchée.

Toujours sur la forme, quelques-uns semblent avoir mal interprété la référence à Kriisiis  : si je le taquine gentiment sur ses articles à listes, je ne l’assimile en aucun cas à un tocard. Je m’en suis expliqué dans les commentaires, certains l’ont compris, d’autres pas… J’imagine que Christophe m’aurait contacté s’il s’était senti mis en cause.

Quelle modération pour ce blog ?

J’en viens à la question principale de ce billet. J’avoue avoir été un peu dépassé par le nombre et la fréquence des commentaires, surtout dans un contexte professionnel chargé… Comme je blogue un peu entre les gouttes, quand j’ai le temps, j’ai choisi de modérer les commentaires a priori pour ne pas être pris de vitesse en cas d’abus.

Quelques noms ont été lancés et certains ont demandé le retrait des commentaires les concernant. Pour l’instant, j’ai pris le parti de ne pas censurer dans la mesure où il n’y avait pas d’insultes directes ou grossières. Faut-il supprimer un commentaire parce qu’il est désobligeant et gratuit ? J’ai estimé que la personne concernée pouvait utiliser les commentaires pour répondre et faire valoir ses arguments. Et quelle est la limite entre la boutade vitriolée et le troll ? J’ai l’impression qu’il faut se résoudre à être relativement subjectif dans ses appréciations et ça me gêne un peu aux entournures…

Il y a un seul commentaire que je n’ai pas publié, non parce qu’il comportait une attaque nominative, mais pour son caractère vulgaire, pour ne pas dire porno (mon site doit rester accessible au moins de 18 ans…).

Cette problématique de modération étant nouvelle pour moi, je suis ouvert à vos avis et suggestions !

4 commentaires

  1. I agree with Simon. I think you have to let people argue with one another. Its just an integral part of the internet.

  2. Salut,

    Je dirais que si ton article a très bien marché, c’est tout simplement parce que tu cumules un titre choc et un contenu qui plait aux haters (et il y en a largement assez pour générer 350 RT !)
    Personne ne devrait pouvoir être étonné de son succès, je pensais d’ailleurs que tu l’attendais, non ? D’expérience, c’était plus que prévisible.
    Pour mon cas, si je n’ai pas répondu, c’est tout simplement parce que j’étais en vacances et que je ne souhaitais pas me prendre la tête (j’étais parti pour éviter ça, justement…)

    Bonne journée,

    Christophe

    1. Merci Christophe de ton commentaire.
      Si tu peux juger d’expérience que le succès était prévisible, ce n’est pas mon cas ;-) Je suis un intermittent du blogging, et j’ai déjà poussé des coups de gueule qui sont passés totalement inaperçus ! (et ça ne m’empêche pas de dormir…)

      Bonne journée à toi,

Les commentaires sont fermés, pas moi.