L’empowerment, c’est aussi en interne !

Les usages et les outils 2.0 ont donné le pouvoir aux citoyens. Pouvoir s’exprimer sur un blog, partager sur Facebook ou Twitter donne de l’influence ou au moins de l’audience. La plupart des organisations ont compris qu’il s’agit d’une tendance lourde et s’y adaptent avec plus ou moins de bonheur.

Médias sociaux : mes 10 commandements

Il existe différentes manières de formaliser une charte d’expression sur les médias sociaux. Je m’y suis déjà essayé en 12 mots et une image ou en 6 questions, voici maintenant en 10 commandements.

OPGAEMCOSOLOMO : la vraie tendance du web 2012

Le SoLoMo, vous connaissez : SOcial, MObile, LOcal sont les 3 piliers du web d’aujourd’hui. Mais c’est un peu réducteur. Jean-Marie Le Ray a ouvert la voie sur Presse-Citron en évoquant le CoSoLoMo, le Co concernant le contenu (ou content en english).

Annonceurs et blogueurs : amours tarifées ou pas ?

Les blogs peuvent offrir une caisse de résonance intéressante aux marques, même si l’ami Jegoun en doute ! Le débat du billet sponsorisé fait long feu et la blogosphère est régulièrement agitée par des soubresauts sur ce sujet, avec des approches plus éthiques que pragmatiques.

Les Français et les médias sociaux : une présence passive…

L’IFOP vient de livrer la 6e vague de son Observatoire des réseaux sociaux. Au-delà des hausses ou des baisses de popularité par classes d’âge ou CSP, l’étude fait cette année un focus sur les rapports entretenus par les internautes, les réseaux sociaux et les marques. Elle met surtout le fossé entre les stratégies prônées par…

Lire cet excellent billet Les Français et les médias sociaux : une présence passive…

Entreprise 2.0 : les bénéfices de la sociabilisation

La transformation d’une organisation en entreprise 2.0 ou sociale n’est pas une affaire d’outils. C’est avant tout un changement culturel qui place l’ouverture comme un principe de fonctionnement. L’ouverture facilite la communication, la collaboration et l’innovation. Elle désinhibe les collaborateurs et l’entreprise, puisque l’entreprise accepte le risque et l’échec. Une vision idéale ?